english
historique



Voici un exemple particulier où la diversité d’origine des pierres composant le mur - quelques-unes proviennent de l’ancien « clapas », certaines d’un chantier proche d’un bassin de rétention des eaux (Nîmes, malgré la petite source qui lui a donné son nom, est une ville très inondable) en construction, les autres pierres, dites de découverte, provenant de la carrière de Roquemaillère -permet une composition quasi-picturale. On entend parfois dire qu’à Nîmes il suffit de soulever un caillou pour trouver un peintre; ayant pratiqué cet art je peux affirmer que celui qu’on nomme vernaculaire, non content d’être utile (ce qui fait défaut à une très grande majorité de peintures, pas à toutes…heureusement) est aussi agréable, le témoignage de tous mes anciens clients en atteste tout autant que la rareté de la concurrence: la lourdeur de la « palette » n’y est certainement pas étrangère!

Mur 1 Mur 2

Une devinette : Saurez-vous reconnaître lequel des deux est monté en pierre sèche uniquement ?




« La pierre bien placée est le défi du pauvre au temps, à la mort, à l’oubli. »
François Juston
Faîsses, parets, échamps, manuscrit, 1983


Revenir en haut de la page
Jean-Jacques ROUDIL || LOU MURAILLER || Tailleur de pierre sèche || jean-jacques.roudil@wanadoo.fr